Après, t’es mort !

Mais c’est beau…

Percussion de l’amorce qui enflamme la poudre (celle-ci brûle mais n’explose pas ! Légende urbaine), cette combustion crée une surpression qui pousse la balle dans le canon…
A la sortie du projectile, lors de l’éjection des gaz dans l’atmosphère, il y a une ré-inflammation de certains gaz partiellement ou imbrulés dont l’hydrogène et le monoxyde de carbone qui sont explosifs. Entre ce phénomène et les divers perturbations à la bouche du canon, vibrations, turbulence de dépressurisation le recul final (dit phénomène de yaw) le projectile oscille sur sa trajectoire et c’est l’effet gyroscopique impliqué par les rayures du canon, qui à terme plus ou moins long permet à l’ogive de se stabiliser sur sa trajectoire initiale…


Reste à choisir sa cible ! 😉

This entry was posted in Société/Culture. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.