Epilogue

Face à l’ampleur des dégâts causés par la politique de Hollande et son gouvernement, s’exprimer sur ce blog parait totalement inutile, voire même ridicule.
Nous ne subissons qu’une liste interminable de mensonges, manigances et injustices.
La France et sa culture riche de sa diversité régionale et frontalière va disparaître inexorablement, phagocytée par le remplacement programmé des autochtones par une population exogène aussi lointaine que prolifique.
Le peuple fraichement mélangé, divisé, déraciné ou humilié, n’ayant plus de fierté ni pour lui, ni pour son pays, n’ayant plus de cause commune ne se défend plus contre des traitres politiques votant des lois scélérates de dégénérés gauchisants.
L’inversion des valeurs ayant été définitivement entérinée par les politiciens actuels, après avoir fait passer les coupables de méfaits pour les victimes de la société, ce qui a entraîné l’anarchie dans laquelle nous baignons, ont suivis la désagrégation les mœurs avec le mariage pour tous et son lot de perversions et de marchandisation des enfants et des femmes puis enfin pour finir en beauté, la mise en application de la théorie du genre, le “gender” afin de légaliser et faciliter définitivement la pédophilie et la pédocriminalité, vices favoris des élites socialistes pour une grande majorité.
Sans oublier la position belligérante de la France qui s’autorise des ingérences anachroniques, va-t-en guerres colonisatrice, donneuse de leçon, complice malveillante et grotesque des USA et d’Israël.

En tant que citoyen Français, je proclame solennellement mon attachement aux Droits de l’homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789 et de 1946. Bien que depuis longtemps, mais encore plus que jamais aujourd’hui, l’article 2 de notre constitution n’est plus appliqué, à savoir que le principe de gouvernement serait celui du peuple, par le peuple et pour le peuple.

Aussi les articles suivants de la déclaration des droits de l’homme sont régulièrement bafoués. La France n’est définitivement plus une république démocratique, en présumant qu’elle ait pu l’être par le passé.

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté et la résistance à l’oppression.
Article II Droits de l’homme de 1789
Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.
Article III Droits de l’homme de 1789
La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société, la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.
Article IV Droits de l’homme de 1789
La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux, sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.
Article VI Droits de l’homme de 1789
Nul homme ne peut être accusé, arrêté, ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout Citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance.
Article VII Droits de l’homme de 1789
La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.
Article VIII Droits de l’homme de 1789
Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.
Article X Droits de l’homme de 1789
La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.
Article XI Droits de l’homme de 1789
La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.
Article XII Droits de l’homme de 1789
La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.
Article XV Droits de l’homme de 1789
Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.
Article XVI Droits de l’homme de 1789
La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.
Article XVII Droits de l’homme de 1789
Tous sont égaux devant la loi et ont droit sans distinction à une égale protection de la loi. Tous ont droit à une protection égale contre toute discrimination qui violerait la présente Déclaration et contre toute provocation à une telle discrimination.
Article 7  Droits de l’homme de 1946
Nul ne peut être arbitrairement arrêté, détenu ou exilé.
Article 9  Droits de l’homme de 1946
Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit.
Article 19 Droits de l’homme de 1946
Toute personne a droit à ce que règne, sur le plan social et sur le plan international, un ordre tel que les droits et libertés énoncés dans la présente Déclaration puissent y trouver plein effet.
Article 28  Droits de l’homme de 1946

La déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1946 réaffirme solennellement les droits et les libertés de l’homme et du citoyen consacrés par la Déclaration des Droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République.

This entry was posted in Politique/Eco/Finance. Bookmark the permalink.

2 Responses to Epilogue

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.