Mauvais Genre 2

Le lire pour le croire…

surpVoici des exemples montrant comment l’Idéologie du genre s’infiltre dans notre société y compris dans nos manuels scolaires par force de lois… Lois Européennes décrétées par des inconnus non élus, sans que les citoyens en soient réellement informés.
Pour couronner le tout, le contenu des textes tiennent de la manipulation par l’amalgame d’associations confuses. Tout ça n’est que déni de bon sens.

Le pompon “exemplaire” est la mise en application de la théorie du genre par “nos” politiques européens de tous bords.
Connaissez-vous le Conseil de l’Europe ? Connaissez-vous la Convention du Conseil de l’Europe d’Istambul de 2011 ?
Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (STCE no. 210)
– (Rapport explicatif)

viopsy4La violence “psychologique” devient un délit puni dans le droit international. La violence à l’égard des femmes, violence conjugale unilatérale puis que l’homme ne serait qu’un agresseur, mais rarement voire jamais le contraire ! C’est la porte d’entrée vicieuse et perverse du “genre” dans le droit pénal. Le genre de la théorie du sus nommé bien sur. Nous savons que la violence physique est illégale, ce type de violence est démontrable ne serait-ce que par les stigmates corporels.
Mais rendre la violence “psychologique” illégale ? De plus violence psychologique spécifiquement faites aux femmes !
Selon la théorie du genre la violence faites aux femmes dans notre société est omniprésente, dans le couple, au travail, même dans la grammaire…
viopsy2Selon l’enquête retenue, la violence psychologique est majoritairement perpétrée par les hommes envers les femmes. Ce qui est scientifiquement totalement faux et démontré comme tel. Il n’y a pas de prévalence sexuelle au sujet de la violence dite psychologique, ne serait-ce que du fait de ce type de violence est indéfinissable. D’où l’inconsistance des textes. La violence psychologique peut être tout et n’importe quoi. Cela va du hurlement au silence. Du harcèlement à l’absence. De la menace de rester à celle de partir…

Mais les politiques se contentent de la définition suivante : Une violence psychologique est ce qui cause des dommages psychologiques.
“Tu n’as rien dit ? Tu n’a rien fait ? Cela a agressé psychologiquement ta femme qui en a subit des dommages psychologiques : 10 ans de prison ferme !”

Infiltré dans des articles de bon sens comme la pénalisation des mutilations rituelles infligées aux femmes, les crimes d’honneurs, des passages portent atteinte aux libertés individuelles et pénalisent l’intimité. Il y a aussi un habile “mélange des genres” en instillant l’éducation des enfants dans un texte sur la violence conjugale psychologique.
peillonCe qui est clair c’est l’obligation faites aux états membres d’éduquer les enfants dès le plus jeune âge à la facticité de l’hétérosexualité. Serait-ce une violence psychologique faite aux femmes d’expliquer aux enfants qu’il y a des hommes et des femmes et qu’ils n’ont pas le même rôle ?
“Obligation d’éduquer les enfants dès leur plus jeune âge afin d’éradiquer tout stéréotype fondé sur la distinction entre le féminin et masculin”
Entre deux violences, celle subie par les femmes et celle subie par les enfants, se trouve inséré “le genre” ! Étonnement subtile.

Ces lois sont parfois sans contenu substantiel pire elles sont liberticides. Instituer que l’homme serait définitivement présumé violent envers la femme qui serait définitivement en état de faiblesse est contraire à toute notre conception de la justice où l’on est présumé innocent jusqu’à preuve du contraire. “Pénalisé l’homme pour être né homme.”  De plus un postulat de faiblesse quand on aspire à l’égalité, c’est presque maladroit. Surtout que c’est avouer la différence physique de base : “la force”.

On se demande ce que le “genre” vient faire dans la violence faite aux femmes ? C’est un exemple de sapage des fondements de nos institutions. On comprend que dans cet esprit de privilégier la femme et nier la sexualité fondamentale de la nature (anatomie biologique des mammifères) revient à détruire le mariage, contractualiser la parentalité, supprimer l’intérêt collectif au profit d’une minorité de déviants… (qui ne le seront bientôt plus puisque leur cas sera “normalisé”)

genreTout ça pour le confort de certain. En effet, les homos paranos pourront se sentir “normaux”, ils pourront jouir sans entrave de leurs pulsions même les plus perverses (pour certains) en toute légalité. L’exemple le plus frappant est d’utiliser l’amour comme argument au droit au mariage pour les homos. Mais l’amour n’est pas suffisant pour s’attaquer à l’institution du mariage. Le mariage représente plus qu’un sentiment. C’est aussi la famille, le foyer. Ce n’est pas : “J’aime mon chien, ma voiture, mon arbre…” Voilà comment faire passer une loi décadente sous couvert des meilleurs sentiments.

Mais où nous mène cette quête du confort absolu et d’égalitarisme aux forceps pour des minorités psychologiquement torturées ?

1° Mariage pour tous : Sapage des fondements culturels de la famille et de notre société.
2° Adoption pour tous : Machandisation de l’enfant qui devient un objet de plaisir.
3° Procréation Médicalement Assisté pour tous : Manipulation génétique et eugénisme.
4° Gestion Pour Autruis pour tous : Machandisation de la femme, commerce du corps et de ses composants.
5° Euthanasie des nourrissons et des enfants : Après l’avortement (devenu un acte de confort). Fini la sacralité de la vie prônée par Badinter pour justifier l’abolition de la peine de mort, pas de sacralité de la vie pour atteindre le confort en euthanasiant un enfant (un malade ou un vieux) qui serait une charge.
objet6° Sexe intergénérationel : Acte la décadence, la légalisation de toutes les déviances sexuelles.
7° Inceste : En lien avec l’adoption pour tous et n’importe qui et le sexe intergénérationel.
8° Pédophilie : L’extrémisme majoritairement homosexuel, l’accès libre à la chair fraiche.
… Zoophilie : Il n’y a plus de limite…

VignetteLivretGenreVoilà pourquoi il est impératif de réfuter énergiquement et massivement la théorie du genre.
Une idéologie négationniste basée sur la négation de la biologie, négation la nature, négation des différences sexuelles, légalisation de la perversion des déviances sexuelles. Et ce au nom de l’égalité, du modernisme.
Et ce par l’intermédiaire, entre autre, de la normativité international du Conseil de l’Europe qui adopte des conventions liberticides et qui fera “jurisprudence”.
Attention ! Abroger des lois Françaises en France est possible, mais pas une loi internationale, une fois votée c’est trop tard !

Je pense qu’il faudrait agir vite, chez nous, en France…

This entry was posted in Pédocriminalité, Politique/Eco/Finance, Société/Culture. Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.