On est d’accord…

… La majorité des informaticiens sont en fait des fainéants prétentieux qui veulent préserver une aura de génie usurpée.
D’ailleurs il faut dire Ingénieur informaticien, très important le titre (chrome sur du fer-blanc), si durement conquis à grands coups d’engraissement pizzas sodas. Plus l’informaticien est pseudo compétent, plus il est réellement gras… Comme si la culture informatique se stockait dans les cellules adipeuses. Une grosse paire de lunettes et une barbe hirsute, affalé dans un fauteuil basculé et glissé sous le bureau, caractériel et asocial, le décor est planté pour le vieux modèle année 90…

…L’informatique, caddy de super marché, même combat : tu pousses, ça roule… Enfin, ça devrait rouler, car il y a le fameux bug, c’est la feuille de salade qui coince la roulette… Jamais grave techniquement, si ce n’est qu’il rend l’outil inutilisable. La règle est d’une trivialité élémentaire, l’informaticien dirait binaire : soit ça fonctionne, soit ça ne fonctionne pas. Vous avez déjà vu un ordinateur ou un logiciel qui ne fonctionne « qu’un peu » ?…

… l’OS Windows est parfaitement en phase avec la société de consommation, il ne se passe pas une semaine sans qu’il faille changer quelque chose de foireux dans le système (justement à cause de failles), qui est pour le coup plutôt éphémère, pour ne pas dire périssable. Votre machine Microsoft est un caddy qui se remplit de mises à jour système, jusqu’à s’écrouler sous leurs poids. Le super marché de l’OS Windows est :
« mieux vaut en changer que de le débuger… »

Extrait de “DIGRESSIONS ANATOMIQUES”, Anatomie de l’art de la technique.

This entry was posted in Science/histoire, Société/Culture and tagged , , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.